Le GEMVI dans les congrès

Conférence d'Ouverture : Evolution des récepteurs au stéroïdes sexuels

Session du 16 novembre 2016

Conférence d'ouverture : Evolution des récepteurs aux stéroïdes sexuels
Vincent Laudet


L'évolution du couple ligand / récepteur est une question qui reste bien mystérieuse et qu'il faudrait résoudre si l'on veut comprendre l'origine et la diversification des systèmes hormonaux dans les organismes vivants.
L'étude de l'origine des hormones et de leurs récepteurs ainsi que l'histoire de leurs variations parallèles par co-évolution est ainsi une question majeure en sciences de l'évolution. Cette question est étudiée de façon très différente en fonction de la nature chimique du ligand. En effet, lorsque le ligand est un peptide ou une protéine, c'est à dire est codé par un gène, nous sommes en présence d'un cas conceptuellement simple où il y a une coévolution entre le gène codant le ligand et celui codant le récepteur.
Cette situation est très différente dans le second cas, celui des récepteurs pour lesquels le ligand n'est pas un peptide ou une protéine, mais plutôt une petite molécule. Dans ce cas, le ligand n'est pas un produit de gène mais provient d'une voie biochimique souvent très complexe qui commence à partir d'un précurseur inactif, parfois dérivé d'une source externe, comme la nourriture. Cette molécule est alors transformée en plusieurs étapes en la molécule active. C'est le cas de nombreux récepteurs membranaires couplés aux protéines G (GPCR), mais aussi de nombreux récepteurs nucléaires d'hormones, pour lesquels les ligands sont les produits de voies biochimiques complexes. C'est bien sûr le cas des stéroïdes: les œstrogènes, les corticoïdes, les androgènes et les progestatifs.

Pour mieux comprendre comment le couple hormone / récepteur a évolué dans ce cas, nous avons retracé l'origine et l'évolution des hormones stéroïdes. Nous proposons que les stéroïdes connu chez l'homme sont spécifiques des vertébrés. Nous avons ainsi produit le stéroïde ancestral des vertébrés et montré son interaction avec un récepteur ancestral, ressuscitant ainsi un couple ligand / récepteur ancestral.
Cette analyse de la stéroidogenèse nous a également permis de proposer que les hormones stéroïdes sont en fait des métabolites du cholestérol qui ont été utilisés secondairement pour jouer un rôle de signalisation hormonale en permettant ainsi un couplage étroit entre nourriture et reproduction.

Pour visualiser le diaporama, cliquer sur le lien suivant : Diaporama


Vincent Laudet (Banyuls sur Mer)
Accueil / Le GEMVI dans les congrès
Présentation Le congrès annuel du GEMVI Le GEMVI dans les congrès Liens utiles Fiche patiente ménopause et THM

Pour un accès illimité à la totalité du contenu du site : actualités, synthèses d’articles, analyses de cas clinique et plus encore...

Rejoignez le GEMVI

Secrétariat

Centre de Ménopause
Hôpital Paule de Viguier
31500 Toulouse

Téléphone

05 67 77 11 85

E-mail



Adhérents Grand Public
Dernière mise à jour : 16-11-2016
Mentions légales

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.
attention Ce site est le site officiel du GEMVI
Le GEMVI dégage donc toute responsabilité concernant les liens créés par d'autres sites vers celui-ci. L'existence de tels liens ne peut permettre d'induire que le GEMVI cautionne ces sites ou qu'il en approuve le contenu.
informations Les informations fournies sur www.gemvi.org sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.

Ce site est destiné à la fois aux professionnels de santé et au grand public intéressés par les problèmes soulevés par la ménopause et le vieillissement hormonal.