Le GEMVI dans les congrès

Session Plénière 4. Endométriose et Ménopause

Session du 18 novembre 2016

Endométriose et espérance de vie ovarienne
Charles Chapron (Paris)


Pour visualiser le diaporama, cliquer sur le lien suivant : Diaporama


La surveillance péri- et post-ménopausique des patientes endométriosiques
Patrick Madelenat (Paris)


C'est une opinion consensuelle de considérer qu'à la ménopause les manifestations liées à l'endométriose s'éteignent définitivement. Ce point de vue exact dans sa globalité mérite toutefois d'être nuancé.

La relation unissant l'endométriose au cancer de l'ovaire est une vieille histoire, initiée dès 1925 par Sampson à partir de premières études observationnelles (1). Reprise en France par Alain Audebert (2), cette association a trouvé sa confirmation dans les travaux publiés par Van Goorp en 2004 (3), Sayasneh en 2011 (4) Pearce en 2012 (5) et Chapron et Borghese en 2013 (6).

Le consensus est établi pour souligner que l'endométriose dans sa relation au cancer ovarien concerne essentiellement les carcinomes endométrioïdes et les carcinomes à cellules claires, ainsi que les cancers séreux de bas grade.
Plus récemment M. Kvaskoff a élargi l'étude des corrélations de l'endométriose avec les cancers gynécologiques aux carcinomes endométrial et mammaire (7). Enfin la publication en 2016 par J. Mogensen d'un travail concernant également ces trois cancers (ovaire, endomètre et sein) à partir d'un registre national Danois vient confirmer la réalité de ces associations toutefois relatives d'un site à l'autre (8).

La physiopathologie des cancers ovariens associés à l'endométriose peut emprunter plusieurs voies. Une lésion précurseur pourrait être représentée par l'existence d'atypies cellulaires qui lorsqu'elles sont découvertes au sein de lésions endométriosiques bénignes devraient faire craindre une possible dégénérescence carcinomateuse.
Le rôle du stress oxydatif est également retenu concernant certains carcinogènes et certaines substances pro-inflammatoires déposés par le biais du reflux tubaire au contact des structures mésothéliales pelviennes.
En outre une signature génomique spécifique a été identifiée en 2010 concernant la mutation du gène ARID1A facteur moléculaire essentiel auquel pouvaient s'associer également d'autres altérations chromosomiques (PTEN, CTNNB1 etc…).

Si dans l'absolu le risque carcinologique ovarien lié à l'endométriose reste relativement faible, il légitime certaines attitudes de prudence dans l'identification d'une population endométriosique à risque spécifique carcinologique péri- ou post-ménopausique.
En ce qui concerne les endométriomes, l'attention doit être attirée par des particularités évolutives et morphologiques susceptibles de faire craindre une dégénérescence.
Par ailleurs les patientes endométriosiques prises en charge pour infertilité et soumises à l'AMP sous ses différentes formes semblent présenter un sur-risque carcinologique ovarien relatif, à fortiori si les tentatives n'ont pas abouti à la survenue d'une grossesse.

Les différentes et nombreuses données aujourd'hui à notre disposition doivent donc nous inciter à une certaine prudence dans la prise en charge péri- et post-ménopausique de ces patientes qui constituent indiscutablement une population de risque carcinologique spécifique même s'il faut rappeler encore sa relativité. Différentes attitudes médicales et coelio-chirurgicales appartiennent dès maintenant au domaine de la prévention encore qu'il faille espérer de l'avenir la confirmation de leur efficacité prophylactique.

Références :

1. J.A Sampson, 1925
2. A. Audebert, Gynécologie Obstétrique & Fertilité 33 (2005) 239-246
3. Van Gorp. Best Practice & research Clinical Obstetrics and Gynaecology Vol 18. N°2, pp 349-371, 2004
4. Ahmad Sayasnela, International Scholarly Research Network vol 2011, art ID 140310, 6p
5. Pearce, Lancet Oncol 2012. 13. 385-394
6. C. Chapron, B. Borghese Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction (2013) 42, 325-333
7. Marina Kvaskoff, Human Reproduction Update, Vol 21, N° 4, pp500-516, 2015
8. J. Mogensen Gynecologic Oncology. Register Nation Danois 2016


Pour visualiser le diaporama, cliquer sur le lien suivant : Diaporama


THM, adénomyose et endométriose
Claude Hocké (Bordeaux)


Pour visualiser le diaporama, cliquer sur le lien suivant : Diaporama


Charles Chapron (Paris), Patrick Madelenat (Paris), Claude Hocké (Bordeaux)
Accueil / Le GEMVI dans les congrès
Présentation Le congrès annuel du GEMVI Le GEMVI dans les congrès Liens utiles Fiche patiente ménopause et THM

Pour un accès illimité à la totalité du contenu du site : actualités, synthèses d’articles, analyses de cas clinique et plus encore...

Rejoignez le GEMVI

Secrétariat

Centre de Ménopause
Hôpital Paule de Viguier
31500 Toulouse

Téléphone

05 67 77 11 85

E-mail



Adhérents Grand Public
Dernière mise à jour : 18-11-2016
Mentions légales

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.
attention Ce site est le site officiel du GEMVI
Le GEMVI dégage donc toute responsabilité concernant les liens créés par d'autres sites vers celui-ci. L'existence de tels liens ne peut permettre d'induire que le GEMVI cautionne ces sites ou qu'il en approuve le contenu.
informations Les informations fournies sur www.gemvi.org sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.

Ce site est destiné à la fois aux professionnels de santé et au grand public intéressés par les problèmes soulevés par la ménopause et le vieillissement hormonal.