imprimer

LA MENOPAUSE    

Qu'est ce que la ménopause ?

Le mot ménopause vient du grec, menos (menstrues) et pausis (pause).
La ménopause est « l'arrêt définitif des menstruations » c'est à dire des règles.
La ménopause est confirmée si les règles ne surviennent pendant 12 mois consécutifs et si la femme est à l'âge habituel de la ménopause (autour de 50 ans). La date de la ménopause est donc connue à posteriori.
La ménopause naturelle survient quand les ovaires ne fonctionnent plus :
- donc plus d'ovulation (plus de possibilité d'être enceinte)
- et plus de sécrétion d'estradiol et de progestérone (les deux hormones sexuelles).
Seule la carence estrogénique (absence d'estrogènes) est responsable
- à court terme des symptômes, bouffées de chaleur, sécheresse vaginale …. (voir autres questions)
- à long terme, en particulier, de la déperdition osseuse et de l'augmentation des maladies cardio-vasculaires.

A quel âge survient la ménopause ?

La ménopause « naturelle » survient pour 90% des femmes entre 45 et 55 ans, le plus souvent entre 48 et 52 ans
Avant 40 ans, il s'agit d'une défaillance (ou insuffisance)prématurée des ovaires (le terme ménopause précoce est de moins en moins utilisé). Les conséquences et la prise en charge thérapeutique sont très différentes de celle d'une ménopause survenant à un âge normal.
Voir questions
Pourquoi certaines femmes ont-elles une « ménopause précoce » ? Est-ce grave d'avoir une « Insuffisance ovarienne prématurée » ?
Le traitement hormonal est-il obligatoire si la ménopause survient avant l'âge normal, 45 ans?
Le THS des femmes ménopausées avant 45 ans est-il identique au THM prescrit au delà de 45 ans ?

L'âge de la ménopause peut-il être modifié ?

L'âge de la ménopause est déterminé génétiquement.
Il ne peut être ni modifié, ni prévu.
Les femmes d'une même famille (mère, sœurs) sont en général ménopausées à peu près au même âge. Il existe des familles à ménopause « normale », des familles à ménopause précoce (avant 40 ans) et des familles à ménopause tardive (après 55 ans).
Le tabac avance l'âge de la ménopause de 2 ans environ.
Contrairement à de « fausses rumeurs », l'âge des premières règles, le nombre de grossesses et la prise d'une pilule contraceptive n'interviennent pas sur l'âge de survenue de la ménopause.
En revanche la ménopause peut être provoquée (et ce quelque soit l'âge) par certains traitements (chimiothérapie, radiothérapie pelvienne) ayant pour but de traiter des maladies graves (cancers). Il s'agit alors d'une ménopause artificielle, et les femmes devant subir ces thérapeutiques sont averties de leurs conséquences.

Combien de temps dure la ménopause ?

La date de la ménopause est connue à posteriori (voir question : Qu'est-ce que la ménopause ?)
Les symptômes bruyants (telles les bouffées de chaleur) consécutifs à la chute des estrogènes dans l'organisme peuvent débuter avant la fin des règles (donc en périménopause) et durer de quelques mois à 10 ans ou plus.
Mais l'absence d'estrogènes perdure toute la vie. Ainsi la femme sera en carence estrogénique toute sa vie (c'est la post-ménopause).

L'ablation de l'utérus entraîne-t-elle la ménopause ?

NON.
L'hystérectomie (ablation de l'utérus) supprime seulement les règles quelque soit l'âge.
Parfois, lors de l'ablation de l'utérus il peut être nécessaire d'enlever aussi les deux ovaires. Dans ce cas seulement, il y aura ménopause, dite chirurgicale (sans ovaires pas d'estrogènes). Les symptômes sont souvent plus brutaux et plus intenses que lors d'une ménopause naturelle.

Un bilan hormonal est-il nécessaire pour faire le diagnostic de ménopause ?

Le plus souvent NON.
Le diagnostic se fait par l'interrogatoire.

Entre 45 et 55 ans, une absence de règles de plusieurs mois associée à des bouffées de chaleur, même très peu intenses, évoque l'arrivée de la ménopause.
Comme déjà dit, il faut un an sans règles pour prédire que celles-ci ne devraient plus jamais revenir. Néanmoins, certaines femmes peuvent parfois voir survenir un ou plusieurs saignements dans l'année qui suit. Ce n'est que si les saignements reprennent à distance de l'arrêt définitif des règles qu'ils imposent une consultation médicale pour en connaître la cause.

Un bilan hormonal reste souvent nécessaire dans 3 circonstances:
- lorsque l'absence de règles (avec ou sans bouffées de chaleur) survient avant 40 ans;
- avant de proposer un THM pour des bouffées de chaleur gênantes chez une femme hystérectomisée, surtout avant 45 ans;
- chez une femme qui présente des bouffées de chaleur et qui prend encore une contraception hormonale (pilule ou stérilet).

Un test à la progestérone (voir question suivante) peut vous êtes proposé pour affirmer l'installation de la ménpause, notamment chez les femmes ayant un arrêt de règles de moins de 12 mois et des symptomes gênants

Qu'est ce qu'un test à la progestérone? Dans quelles circonstances est-il utile ?

Le test à la progestérone consiste à prendre de la progestérone de synthèse (= progestatifs) pendant 10 jours consécutifs si les règles ont été absentes depuis quelques mois.
A l'arrêt, si vous n'êtes pas ménopausée, habituellement les règles vont survenir. On dit que le test est positif.
Si par contre, vous n'avez pas de règles le test est dit négatif et confirme souvent l'installation de la ménopause (le test est en général refait 2 ou 3 mois de suite si le 1er test est négatif).
Ce test est plus fiable qu'un bilan hormonal pour faire le diagnostic de ménopause si vous avez des symptômes gênants alors que l'arrêt des règles est de moins de 12 mois, de manière à envisager un traitement hormonal si vous le souhaitez.
Le THM ne doit débuter que si la ménopause est confirmée.

Pourquoi certaines femmes ont-elles une « ménopause précoce » ?

Toute ménopause arrivant avant 40 ans est dite « ménopause précoce ».
Mais il faut distinguer :
- la ménopause induite par un traitement, une radiothérapie ou l'ablation chirurgicale des ovaires;
- la ménopause qui survient spontanément (mieux nommée insuffisance ovarienne prématurée ou IOP). Elle concerne 2% des femmes.
Celle ci est le plus souvent d'origine génétique (on peut retrouver des cas identiques dans la famille (mère, sœurs ou tantes…) ou d'origine auto-immune. Elle peut être alors associée à une hypothyroïdie, mais aussi à un lupus, à une maladie de Crohn, à une polyarthrite rhumatoïde ou à une myasthénie.
Une consultation très spécialisée s'impose pour tout arrêt des règles avant 40 ans.

Est-ce grave d'avoir une « insuffisance ovarienne prématurée » ?

OUI et NON.
OUI si cette IOP survient très jeune et chez une femme qui n'a pas encore eu d'enfants. Il sera alors nécessaire d'avoir recours à un don d'ovocytes, en cas de désir de grossesse.
OUI si le diagnostic est trop tardif et si donc le traitement hormonal qui est alors réellement un traitement hormonal « substitutif » (THS) est débuté tardivement.

NON si le traitement hormonal substitutif est pris dès le diagnostic et jusqu'à l'âge normal de la ménopause, donc jusqu'à 50 ans.
En effet c'est l'absence d'estrogènes, d'une longueur bien supérieure à ce qu'elle est habituellement qui va aggraver les conséquences habituelles de toute ménopause, c'est à dire augmenter les risques d'ostéoporose, de maladies cardio-vasculaires et les risques cognitifs.




Accueil Présentation du GEMVI Actualités Liens utiles
Fiche patiente ménopause et THM
LA PERIMENOPAUSELA MENOPAUSELES TROUBLES DE LA MENOPAUSEL’OSTEOPOROSELE TRAITEMENT HORMONAL DE LA MENOPAUSE (DIT THM)
Grand Public
Dernière mise à jour : 18-03-2013
Mentions légales

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.
attention Ce site est le site officiel du GEMVI
Le GEMVI dégage donc toute responsabilité concernant les liens créés par d'autres sites vers celui-ci. L'existence de tels liens ne peut permettre d'induire que le GEMVI cautionne ces sites ou qu'il en approuve le contenu.
informations Les informations fournies sur www.gemvi.org sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.

Ce site est destiné à la fois aux professionnels de santé et au grand public intéressés par les problèmes soulevés par la ménopause et le vieillissement hormonal.