imprimer

LA PERIMENOPAUSE    

Qu'est-ce que la périménopause ?

La périménopause est une étape obligatoire de la vie génitale de toute femme qui encadre la ménopause. En France elle était appelée jusqu'à une date récente « pré-ménopause ».
Elle comprend en fait deux périodes :
- la première précède l'arrêt des règles: des signes cliniques évocateurs d'une ménopause proche peuvent apparaître (modifications des cycles, bouffées de chaleur …);
- la deuxième est l'année qui suit les dernières règles.
La ménopause est confirmée si les règles ne sont pas venues pendant 12 mois consécutifs et si la femme est à l'âge habituel de la ménopause (autour de 50 ans).
La date de la ménopause est donc connue à posteriori.
Voir le chapitre « Ménopause »

A quel âge survient la périménopause ?

L'âge moyen d'entrée dans la périménopause est de 47,5 ans. Mais en fait cet âge d'entrée est excessivement variable d'une femme à l'autre.
La durée moyenne de la périménopause est de 3 à 4 ans.
La ménopause survient donc le plus souvent entre 48 ans et 52 ans.

Comment faire le diagnostic de périménopause ?

Par la clinique et plus particulièrement par l'interrogatoire, comme pour celui de la ménopause d'ailleurs.
En fait les femmes ne sont pas égales vis-à-vis de cette étape de leur vie. En effet certaines traversent leur périménopause sans en avoir connaissance d'autres au contraire présenteront des troubles très gênants et déroutants.
Ces dernières vivent une période dite « d'anarchie hormonale » car se succèdent chez elles, à un rythme imprévisible (quelques semaines à quelques mois) des états hormonaux très différents allant de l'hyperestrogénie (sécrétion trop forte d'estrogènes) à l'hypoestrogénie (absence de sécrétion d'estrogènes), entrecoupés ou suivis d'un retour provisoire à une fonction ovarienne normale.
Cette grande variabilité explique :
- qu'une grossesse surprise est possible, bien que rare. La contraception reste donc nécessaire, au moins par des méthodes locales.
- que les dosages hormonaux sont inutiles puisque ininterprétables. Les résultats obtenus à l'instant « t » ne seront plus valables quelques semaines plus tard.
- qu'une aide médicamenteuse hormonale est possible. Mais il faut bien savoir qu'elle ne correspond pas au traitement hormonal de la ménopause (THM) qui est réservé aux femmes définitivement ménopausées.

Quelles sont les manifestations cliniques de la périménopause ?

La survenue de modifications des cycles menstruels , pour les femmes ne prenant aucun traitement à visée gynécologique, est le signe d'alerte le plus fréquent.
Tout peut se voir. Néanmoins, au début de cette période, les cycles ont tendance à se raccourcir; ils peuvent ensuite s'allonger de 1 ou 2 semaines voire plus.
Une ovulation est encore possible
mais elle sera imprévisible, une contraception efficace reste donc nécessaire.
Des cycles courts et longs peuvent alterner; au fil du temps peut survenir une absence de règles de plusieurs mois.
Les règles deviennent dans quelques cas plus abondantes, voire hémorragiques (dans ce cas avertir votre médecin est nécessaire car vous risquez de vous anémier); plus rarement leur volume diminuera.
D'autres symptômes sont possibles :
- certains sont le reflet d'une hyperestrogénie: sautes d'humeur (irritabilité, nervosité), douleurs mammaires, gonflement abdominal, prise de poids.
- certains au contraire sont le reflet d'une hypoestrogénie : bouffées de chaleurs, insomnie, asthénie, sécheresse vaginale, perte de moral ….. Ce sont en fait les troubles ressentis au moment de la ménopause, mais certaines femmes peuvent les ressentir plusieurs années avant leur ménopause.
Comme précisé plus haut, les symptômes peuvent varier au fil du temps puisqu'ils sont la conséquence de l'état hormonal du moment (hyper ou hypoestrogénie).

Ces manifestations cliniques existent–elles si on prend encore une pilule contraceptive ?

En principe NON, si votre pilule contient des estrogènes.
Néanmoins si le dosage en estrogènes est faible et si la prise des comprimés ne se fait que sur 21 jours, l'apparition de bouffées de chaleurs ou de sueurs peut alerter sur un début de ménopause.
Il faut en informer votre médecin.

Quand on prend une pilule contraceptive comment savoir si on est ménopausée ?

Certaines femmes qui ne présentent aucune contre-indication (en particulier celles qui ne fument pas, qui ont une tension artérielle et un taux de cholestérol normaux, sans surcharge pondérale) peuvent continuer la pilule estro-progestative jusqu'à leur ménopause comme moyen contraceptif, mais parfois aussi du fait du traitement des troubles de la périménopause.
Elles ne devraient donc pas voir arriver les premiers troubles de ménopause.

Il faut néanmoins être prudent avec la poursuite de la pilule après 45 ans et il n'est pas conseillé de la poursuivre après la ménopause (après l'âge de 50-53 ans).
En cas d'apparition de troubles de ménopause à l'arrêt de la pilule, le traitement hormonal de ménopause (THM) peut être envisagé. La grande différence entre la pilule et le THM réside en effet dans le type d'estrogènes (éthynil-estradiol dans la pilule et estradiol naturel pour le THM), leur dose et leur mode d'administration (gel ou patch à la place des comprimés) et de ce fait, un risque cardio-vasculaire nettement moindre.
Dans ce cas, un bilan biologique pourra aider au diagnostic de ménopause. Les dosages seront faits juste à la fin de l'arrêt, ou même le matin de la reprise de la nouvelle plaquette. Avec les nouveaux contraceptifs comprenant 24 comprimés actifs (au lieu de 21) ces dosages sont peu fiables.
La plupart du temps, un arrêt est conseillé en envisageant si nécessaire une autre méthode de contraception (méthodes locales).

Avoir un fibrome utérin est-ce un signe de périménopause ?

NON.
Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes qui se développent dans le muscle utérin. Ils sont très fréquents entre 40 et 50 ans, mais dans quelques cas ils peuvent survenir avant 40 ans.
Les symptômes varient en fonction de la taille et de la localisation de la tumeur.
Le plus souvent :
- règles hémorragiques (ménorragies)
- ou saignements entre les règles (métrorragies)
- parfois ménorragies et métrorragies coexistent, ce qui donne l'impression de saigner "sans cesse".
Plus rarement :
- douleurs abdominales, douleurs lors des rapports sexuels
- envies fréquentes d'uriner

Ces derniers symptômes sont présents, le plus souvent, si le fibrome est de taille importante.
Mais de nombreux fibromes sont « muets », la femme ignore donc leur existence.

Il ne faut pas confondre les règles abondantes dues à un fibrome avec les règles abondantes de la périménopause (qui elles sont dites « fonctionnelles », en fait d'origine hormonale).
En cas de règles « anormales », une échographie pelvienne pour visualiser un éventuel fibrome mal palpable à l'examen clinique est le plus souvent proposée. Cette échographie aura aussi pour but de confirmer l'intégrité de la muqueuse utérine qui en s'épaississant peut aussi être responsable de ménorragies (c'est alors une hyperplasie de l'endomètre).
Toutes ces lésions sont bénignes mais peuvent être génératrices d'anémie (et donc de fatigue) en cas de règles trop abondantes ou trop fréquentes. Un traitement adapté à chaque cas est nécessaire.

Peux-t-on traiter les troubles de la périménopause ?

OUI.
Une prise en charge hormonale, est possible lorsque les troubles de la périménopause sont de nature à gêner la qualité de vie.
Néanmoins il faut différencier les traitements hormonaux de la périménopause du THM (traitement hormonal de ménopause) qui, lui, concerne les femmes ménopausées de manière définitive.
Il existe plusieurs schémas thérapeutiques. Le choix du « bon traitement » pour vous se fera avec votre médecin.
Il dépendra des symptômes, du désir ou non d'avoir un traitement qui assure aussi votre contraception (des grossesses surprises ne sont pas rares) et de votre profil métabolique. De plus le type de traitement évoluera au fil du temps, en fonction donc de la modification de vos symptômes.
La prise en charge de la périménopause est plus difficile que celle de la ménopause en raison de la fluctuation des symptômes avec le temps.

Comment traiter les troubles de la périménopause ?

Il existe différents traitements. C'est votre médecin qui vous proposera le traitement le plus adapté à votre état de santé et à votre style de vie.

Parmi les traitements hormonaux envisageables, citons :
- le stérilet à la progestérone, très efficace pour réduire l'abondance des règles (un fibrome et /ou un épaississement de l'endomètre doivent avoir été éliminés). En revanche il ne peut supprimer les autres symptômes de la périménopause.
- la pilule estro-progestative est un traitement efficace pour supprimer les troubles de la périménopause chez une femme qui nécessite une contraception. Sa prescription au delà de 45 ans doit néanmoins être faite avec prudence et seulement chez une femme qui ne fume pas, qui ne présente aucun facteur de risque cardio-vasculaire et sans sur-poids. Un bilan biologique glucido-lipidique est nécessaire.
- les progestatifs (et non la progestérone naturelle comme dans le THM) sont efficaces sur de nombreux troubles surtout en début de périménopause. Ils peuvent être prescrits de 10 à 20 jours par mois selon vos symptômes. Dans quelques cas et toujours selon vos symptômes, votre médecin pourra leur associer de faibles doses d'estrogènes. Il s'agit donc d'un schéma prescrit « sur mesure » et de manière transitoire.




Accueil Présentation du GEMVI Actualités Liens utiles
Fiche patiente ménopause et THM
LA PERIMENOPAUSELA MENOPAUSELES TROUBLES DE LA MENOPAUSEL’OSTEOPOROSELE TRAITEMENT HORMONAL DE LA MENOPAUSE (DIT THM)
Grand Public
Dernière mise à jour : 18-03-2013
Mentions légales

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.
attention Ce site est le site officiel du GEMVI
Le GEMVI dégage donc toute responsabilité concernant les liens créés par d'autres sites vers celui-ci. L'existence de tels liens ne peut permettre d'induire que le GEMVI cautionne ces sites ou qu'il en approuve le contenu.
informations Les informations fournies sur www.gemvi.org sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.

Ce site est destiné à la fois aux professionnels de santé et au grand public intéressés par les problèmes soulevés par la ménopause et le vieillissement hormonal.